100% écologique Pour une ville
VISION

Diffuser la conscience écologique pour vivre en harmonie avec la nature.

MISSION

La formation et l’encadrement des jeunes pour leurs donner les acquis et les compétences nécessaires à la réalisation d’un impact positif sur la situation environnementale régionale, nationale et globale.

OBJECTIFS

1- Le renforcement des capacités des jeunes et travers les formations continues et le volontariat.
2- Consacrer l’éducation, la culture et l’art pour la sensibilisation et la protection de l’environnement.
3- La sensibilisation des citoyens et surtout les jeunes et les enfants pour la préparation d’une génération consciente.
4- L’intégration de nouvelles traditions environnementales, comme le tri et le recyclage des déchets et l’utilisation des énergies renouvelables.

VISION
MISSION
OBJECTIFS

Notre Association


L’association de la Protection de l’Environnement à Ksibet el Mediouni, créé en décembre 2014, est aujourd’hui l’une des associations les plus connues dans notre région grâce aux activités et aux projets organisés tout le long de l’année. En 2021, l’association compte 60 membres actifs, dont leurs âges ne dépassent pas les 25 ans.

Nos projets

ELSENYA :
Agriculture urbaine

Réduire l'empreinte écologique régionale commence par des citoyens qui peuvent produire un minimum de ce qu'ils consomment. Une production locale permet la réduction de la consommation des carburants dans les différentes phases de production.

Consultez le site web du projet

"Notre vie - حياتنا"

Un film documentaire réalisé par APEK
vu la nécessité de lutter contre la pollution
à Ksibet el Mediouni

Contexte

Les conditions environnementales à Ksibet el Mediouni forment un handicap pour le développement de la ville depuis les années 90. Une génération a grandi sans avoir la possibilité de profiter de la belle nature de la région et des richesses l’écosystème marin.
Ce désastre a commencé avec l’installation de la station d’épuration « Lamta – Sayada – Bouhjar » située à un Km de la ville. Cette station, installée sans avoir prévoir l’augmentation de la population, a dépassé sa capacité maximale et la seule solution de l’état était de déverser les eaux usées non traités directement dans la mer. D’autre part, les usines de textiles installées sur le long des côtes de la baie a aggravé la situation par le rejet de déchets chimiques toxiques d’une façon continue et non contrôlée.

Nos Articles

to top